© Shutterstock / Jaromir Chalabala

Devenez contrôleur agricole

Chaque année, nous recrutons plus de 300 CDD dans toutes les régions de France, en métropole et à l’outre-mer, sur des postes de contrôleurs d’aides agricoles. Photo-interprète, contrôleur terrain, expert agronome… découvrez ces métiers et rejoignez-nous !

Rôle d'un contrôleur agricole

Dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC), tout exploitant qui dépose une demande d’aides s’engage explicitement à accepter et faciliter la réalisation des contrôles sur son exploitation.

Le contrôleur agricole est donc amené à réaliser trois types de contrôles : 

  • contrôle sur les animaux, 
  • contrôle des surfaces, 
  • contrôle en entreprises et des aides à l’investissements. 

Il a pour missions de vérifier : 

  • la concordance entre la déclaration de la demande d’aides de l’agriculteur,
  • le respect de la réglementation européenne qui impose les bonnes pratiques agricoles.

3 types de postes à découvrir

Contrôleur terrain (surfaces et animaux)

Photo illustrant le métier de contrôleur agricole
© Shutterstock /Temp1234

Missions : 

Vérifier les déclarations effectuées par les exploitants agricoles :

  • préparation des dossiers (préparation graphique et/ou documentaire) ;
  • prise de rendez-vous avec les exploitants et gestion des déplacements (états de frais, suivi de son véhicule) ;
  • réalisation des contrôles terrain sur les exploitations agricoles, seul ou en binôme : contrôles surfaces ou animaux (appui téléphonique par des référents et par des encadrants en cas de nécessité) ;
  • travail en équipe autour de l’analyse des contrôles.

Qualités : 

  • diplomatie et relationnel : avoir une grande capacité d’écoute et de pédagogie pour créer un climat de confiance avec les interlocuteurs,
  • sportif et dynamique : endurance physique requise : 4 jours de terrain par semaine, en montagne comme en plaine,
  • adaptabilité et autonomie,
  • sens des relations humaines : aimer le travail d’équipe,
  • rigueur et fiabilité : savoir rendre compte à ses référents et sa hiérarchie.

Les atouts de ce métier

​« Ce que j’aime particulièrement dans ce métier, c’est avant tout le contact avec les exploitants. Durant le contrôle, on a toujours l’opportunité de discuter avec eux, sur leurs pratiques, l’évolution du métier, leurs difficultés, donc, c’est très enrichissant personnellement. C’est un métier où la partie terrain est quand même très conséquente. On est toujours dehors, on découvre des endroits de France vraiment magnifiques. Peu de métiers offrent actuellement autant de diversité dans leurs pratiques et autant de richesses personnelles, donc, moi je ne regrette pas du tout. »

Janelle Vanaret, contrôleuse terrain des aides agricoles en Auvergne-Rhône-Alpes.

« Chaque jour nous découvrons une exploitation différente, avec un exploitant différent. Il n’y a pas de routine qui s’installe. On utilise aussi les nouvelles technologies. Sur le terrain on est équipé de tablettes numériques, qui affichent les photos prises par satellite, on expérimente l’utilisation de drones… Ce métier offre des perspectives d’évolution très enthousiasmantes. » 

Sébastien Guyonvernier, contrôleur des aides agricoles en Occitanie.

Photo-interprète (contrôleur PIAO)

Image illustrant le métier de photo-interprète
© Shutterstock / WAYHOME studio

Missions : 

Vérifier via un outil SIG dédié, par analyse d’images satellites et aériennes, les demandes d’aides déposées par les exploitants agricoles en vue de statuer sur leur conformité.

Le photo-interprète :

  • délimite les surfaces agricoles et non agricoles,
  • identifie les cultures observées sur la base d’une série d’images,
  • mesure les surfaces déterminées,
  • vérifie le respect de l’application de certaines bonnes conditions agro-environnementales.

Qualités : 

  • capacités d’analyse, d’adaptabilité et de mémorisation,
  • compétences informatiques et SIG,
  • sens des relations humaines : aimer le travail d’équipe, 
  • rigueur et fiabilité : savoir rendre compte à ses référents et sa hiérarchie,
  • pour l’expert agronome : avoir des connaissances agronomiques et du territoire pour suivre le comportement des parcelles agricoles et leurs cycles culturaux.

Expert agronome du Système de suivi des surfaces

Image illustrant le métier d'expert agronome
© Shutterstock / Hryshchyshen Serhii

Missions : 

Suite à l’analyse des parcelles agricoles, via l’intelligence artificielle, au titre de critères d’éligibilité aux aides, expertiser avec l’œil humain et ses connaissances agronomiques les parcelles agricoles dont les résultats sont non conclusifs.

A partir d’images Sentinel et de l’indice de végétation (NDVI), l’analyste :

  • Identifie la nature du couvert agricole et l’existence d’une activité agricole,
  • Détecte certains actes techniques agricoles (fauche/pâturage/ récolte…).

Qualités : 

  • capacités d’analyse, d’adaptabilité et de mémorisation, 
  • compétences informatiques et SIG, 
  • sens des relations humaines : aimer le travail d’équipe, 
  • rigueur et fiabilité : savoir rendre compte à ses référents et sa hiérarchie,
  • pour l’expert agronome : avoir des connaissances agronomiques et du territoire pour suivre le comportement des parcelles agricoles et leurs cycles culturaux.

A savoir :

  • Formation prise en charge à 100% par l’ASP
  • Recrutement de CDD saisonniers de 3 à 6 mois et plus avec possibilité de réembauche d'année en année
  • Frais de déplacement pris en charge
    Le contrôleur dispose d’un véhicule de service dès lors qu’il sort sur le terrain et bénéficie du remboursement de ses frais de repas et, le cas échéant, le remboursement des frais d’hôtel.

9 milliards d’euros d’aides de la PAC versés chaque année par l’ASP

50 000 contrôles terrain réalisés chaque année dans la France entière

+ de 300 CDD embauchés et formés chaque année